Leduc Richard

Professeur-chercheur
Département de pharmacologie-physiologie
Faculté de médecine et des sciences de la santé de l'Université de Sherbrooke

Coordonnées

Courriel : Richard.Leduc@USherbrooke.ca

Importance de la recherche

Études des protéines de la surface cellulaire de type sérine protéase et de récepteurs couplés aux protéines G

Le Pr Leduc est pharmacologue moléculaire. Son équipe s’intéresse aux rôles des sérines protéases dans diverses maladies. Un des projets de recherche du laboratoire s’articule autour d’une toute nouvelle sous-famille de sérines protéases qui possèdent des domaines transmembranaires leur permettant de s’ancrer à la surface des cellules. Cette sous-famille, appelée sérines protéases de type II (TTSP), semble contribuer à plusieurs pathologies. Les TTSP seraient responsables de l’activation de l’hémagglutinine du virus de l’influenza. De fait, une étude en collaboration a permis à cette équipe de démontrer qu’une inhibition de l’enzyme diminue significativement les effets du virus chez des modèles animaux. LesTTSP joueraient également un rôle dans l’arthrite en activant d’autres enzymes responsables de la dégradation du collagène. Finalement, elles seraient impliquées dans l’hémochromatose, la maladie génétique la plus prévalente au pays. Un membre des TTSPs, TMPRSS6, est en effet directement responsable de l’expression d’une hormone, l’hepcidine qui contrôle les niveaux de fer. Pour étudier en profondeur les enzymes, le laboratoire du Pr Leduc se penche sur 1) l’élucidation des propriétés enzymatiques des TTSPs, 2) l’identification des protéines agissant comme substrat ou co-facteur et 3) la conception d’inhibiteurs enzymatiques. Nous croyons que la conception de ces inhibiteurs est à la base d’une toute nouvelle stratégie pour combattre certaines pathologies.

L’équipe du Pr Leduc s'intéresse aussi aux bases moléculaires de la fonction des récepteurs heptahélicaux liés aux protéines G (GPCR), la plus grande famille de récepteurs membranaires et, de ce fait, la plus grande famille de cible des médicaments. Effectivement, sur les 30 000 gènes du génome humain, près de 800 gènes encoderaient ces protéines. Bien que l’équipe du Pr Leduc mette l’accent sur les récepteurs AT1 et AT2 qui lient l'angiotensine II, une hormone impliquée dans le contrôle de la pression artérielle, elle s’est récemment intéressée à d’autres récepteurs tel le récepteur de l’urotensine, le plus puissant peptide vasoconstricteur connu, et le récepteur CXCR4, le co-récepteur du VIH. Par une approche de mutagenèse dirigée et d'expression hétérologue, leur laboratoire caractérise les diverses propriétés pharmacologiques des récepteurs, telles la liaison au ligand, l'internalisation et la transduction du signal. Ces études permettront de mieux définir certaines des propriétés des récepteurs couplés aux protéines G et pourraient mener à la conception de nouveaux composés thérapeutiques intéressants.

Réalisations représentatives

  • Auteurs de plus de 156 publications dans des journaux scientifiques de haute qualité. Travaux cités plus de 5000 fois.
  • Plus de 500 résumés de communications dans des congrès internationaux.
  • Chercheur principal ou co-investigateur sur plusieurs octrois d’organismes subventionnaires
  • 2 brevets portant sur la conception d’inhibiteurs de TTSP dans l’influenza et l’utilisation de macrocycles comme inhibiteurs de protéases.
  • Président du GPCR Retreat 2019.
  • Savoir-faire

  • Biochimie et enzymologie de protéases.
  • Pharmacologie moléculaire de récepteurs couplés aux protéines G.
  • Expression procaryotique et eucaryotique homologue ou hétérologue.
  • Publications